Commencer une partie de jeux de rôles sans préparation est une folie ou un doux rêve pour certains. Pour d’autres, il semble que ce soit une condition sine qua non pour s’intéresser aux jeux de rôles.  D’autres enfin se targuent de le pratiquer sans problème, loin, très loin derrière leurs nombreuses années d’expérience en tant que Maître du Jeu.

Que faire alors pour rendre le jeu de rôles accessible à tous ? Speedrôling a pour ambition de faire du jeu de rôles un jeu de société, qui susciterait les mêmes envies et les mêmes périodes de jeu que ce dernier. Voici les pistes actuellement explorées par notre projet.

1. Mettre le duel Maitre du Jeu / Joueurs au centre du jeu de rôles

La première des choses à faire est de débarrasser le Maître du Jeu de ses multiples responsabilités.

Responsabilité de créer un scénario

Le Maître du Jeu doit pouvoir s’asseoir à la table et attendre du jeu qu’il lui donne les outils pour commencer une histoire. Pour ce faire, le scénario doit non seulement être simple, mais aussi reposer sur des éléments narratifs aléatoires. Ce problème est d’ores et déjà résolu, grâce aux travaux de Georges POLTI, entre autres.

A cette responsabilité s’ajoute celle de créer un scénario comportant des rebondissements et des enjeux, sur toute la période de la partie (environ 4 heures). Pour n’importe quel novice, ceci est une épreuve s’il n’est pas admis de création au préalable. La réponse à cette problématique est la suivante : Le Maître du Jeu ne doit plus être unique. La charge de la création du scénario doit être répartie sur tous les joueurs et ce, à tour de rôle. Speedrôling devient donc un jeu de rôles d’improvisation au scénario participatif.

Responsabilité de cohérence de l’univers

Une fois le Maitre du Jeu débarrassé de sa charge narrative, il reste un problème, qui est même alimenté par nos nouvelles solutions : si chaque joueur raconte une partie de l’histoire, comment garder une cohérence pendant la partie ?

La nécessité d’une cohérence existe dans le jeu de rôles, mais uniquement si on souscrit au postulat que l’on incarne un personnage à part entière, en oubliant sa propre personnalité. En jouant au second degré, ce problème n’existe plus. Faire une partie de jeux de rôles au second degré implique les choses suivantes :

  • Les joueurs ont conscience que l’univers dans lequel ils se trouvent est faux
  • Les joueurs ont conscience qu’ils ne sont pas réellement le personnage qu’ils incarnent
  • La réalité, les joueurs réels et le plateau de jeu existent dans le contexte du jeu de rôles

La conséquence directe de ces postulats est très intéressante est elle servira de base à la création du jeu Speedrôling :

  • Les joueurs utilisent un univers comme décor à un duel entre eux et le Maître du Jeu.
    • Ils incarnent un avatar au sein de cet univers, dont ils ont le contrôle total (les joueurs sont donc des êtres « supérieurs », capables de posséder un être faisant partie de cet univers).
    • Leur but est de déjouer les plans du Maitre du Jeu, ou d’accomplir une quête
    • Certains de leurs pouvoirs peuvent créer des éléments en totale contradiction avec la logique interne de l’univers
  • Le Maître du Jeu incarne une divinité maléfique et tentatrice quel que soit l’univers
    • Il peut faire apparaître des pièges, créatures et événements à volonté sans avoir à se justifier

Le jeu de rôles devient un duel épique entre les joueurs et le Maître du Jeu, s’affrontant sans relâche à travers les univers. Ces univers, qui seront variés, ne sont que les échiquiers, les champs de bataille d’un combat qui se mène à un niveau supérieur : autour d’une table avec quelques amis, des chips et du coca.

 

2 . Faciliter la transition entre le rôle de Maître du Jeu et celui de joueur

Nous avons établi que le rôle de Maître du Jeu ne pouvait plus être dédié à un seul joueur. Comment faire alors pour répartir cette charge de narration ? Voici les pistes que nous explorons en ce moment même pour apporter des éléments de réponse.

Rendre intuitifs les outils de création

donjon aléatoire créé avec des cartes

Un donjon aléatoire, d’un étage, créé avec les cartes de Donjon

La délégation du rôle du Maître du Jeu ne peut se faire qu’en automatisant tout son processus de création. Des scénarii en passant par les créatures, des donjons en passant par les trésors, tout doit être inclus dans des mécaniques de jeu simples et accessibles à tous. C’est la raison pour laquelle nous avons opté pour la création d’un jeu de cartes. Les feuilles de personnages sont définitivement abandonnées au profit d’un deck de personnage qui peut se recomposer différemment à chaque partie. La plupart des lancers de dés déterminant l’apparition de contenu sont eux aussi remplacés :

  • Tous les objets sont représentés par des cartes Objet, qui forment un deck. on pioche dans ce deck :
    • Lorsqu’on veut faire des achats
    • Lorsqu’on fouille un coffre, un endroit où une victime
  • Toutes les compétences, dons, pouvoirs et autres caractéristiques inhérentes au personnage incarné par un joueur seront désormais des cartes dans le deck de ce joueur
  • Tous les événements, dangers, menaces et créatures créées par le Maître du Jeu seront représentés par des cartes dans le deck de Maître du Jeu
  • Il est possible de créer un donjon aléatoire, grâce à des cartes de Donjon représentant des zones de jeu diverses et variées.

Placer un équilibre de jeu pour déterminer un gagnant en fin de partie

La dernière problématique à résoudre consiste à déterminer qui sera le gagnant dans le duel Maître du Jeu / Joueurs. Étant donné que les rôles changent pendant la partie, cela n’est pas une mince affaire ! Il faut réfléchir à un système de points de victoire, permettant de récompenser un joueur, qu’il soit en train de braver des dangers (en tant que joueur), ou en train de tendre des pièges malsains (en tant que Maître du Jeu).

 

Le projet Speedrôling m’amène à explorer des territoires passionnants en termes de narration participative et de jeux conviviaux. Je continuerai à vous informer des avancées du concept, en attendant, je vous laisse avec ces nouvelles idées qui pourront, je l’espère, vous laisser rêveur 🙂

 

Catégories : Le jeu Speedrôling

1 commentaire

Les Maîtres du Jeu sont-ils allés trop loin ? - Speedrôling, le jeu de rôles universel · 19 octobre 2017 à 18 h 35 min

[…] l’ai déjà évoqué dans mon précédent article sur les jeux de rôles sans préparation, je pense que le rôle de Maître du Jeu, dans les jeux de rôles traditionnels, est beaucoup trop […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *