Points de statistiques, dégâts, mouvement, actions, lancer de dés, si l’on y prête un peu attention, tous les jeux de rôles se ressemblent.

Pourquoi, alors, créé t’on encore et encore des jeux de rôles avec des règles différentes ? Est-ce que lancer un dé à 20 faces ou un dé à 10 faces change vraiment quelque chose ? Avoir des points d’endurance est-il réellement indispensable ? Pourquoi l’univers d’un jeu de rôles devrait-il être ancré dans ses règles ?

Le livre de règles n’est qu’on outil

Le projet Speedrôling part d’une hypothèse simple : les livres de règles ne sont que des outils au service d’un Maître du Jeu. Ils doivent lui permettre de manière rapide et efficace de mettre en place son propre univers ou l’univers de son choix, sans rentrer dans des détails inutiles ou superflus. Pour ce faire, il ne doit y avoir aucune spécificité dans les mécaniques du jeu.

Si je pousse le raisonnement plus loin, je dirais qu’il doit être possible de faire une partie de n’importe quel jeu de rôles avec le livre de règles de Speedrôling. Si vous avez besoin de points de santé mentale, ajoutez-les !

Même si Speedrôling ajoute une base claire et concise permettant de lancer un jeu de rôles, il est tout à fait possible d’y ajouter des éléments supplémentaires. C’est alors au Maître du Jeu de faire son travail !

 

crédits : grimoire en pixels

Catégories : Jeu de rôles

2 commentaires

Les règles d’un jeu ne peuvent pas tout faire - Speedrôling, le jeu de rôles universel · 9 décembre 2016 à 17 h 13 min

[…] pensons générique et multivers : kukri, poignard, dague, lame cachée, kunai, pourquoi codifier et mettre un prix sur […]

Les règles d’un jeu ne peuvent pas tout faire - Speedrôling, le jeu de rôles universel · 3 mars 2017 à 21 h 22 min

[…] pensons générique et multivers : kukri, poignard, dague, lame cachée, kunai, taser, mini lame plasma, pourquoi […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *