Voici le premier article sur le Mind Mapping, cette technique de cartographie mentale utilisée dans de multiples domaines (aide à la décision, brainstorming, rédaction de compte rendus…) et dont nous allons essayer de définir quelques applications pour les joueurs ou meneurs de jeu de rôle sur table. Dans un premier temps, une utilisation classique : la prise de notes, en cours de partie, que ce soit côté joueur ou côté meneur.

Le Mind Mapping : pourquoi ? comment ?

Développé à l’origine par Buzan en 1995, la technique du Mind Mapping révolutionne la manière dont on appréhende et structure l’information. Depuis Gutenberg, l’imprimerie a certes révolutionné le monde, mais a aussi créé un paradigme dans lequel l’information doit être représenté de façon exhaustive et linéaire en formant des phrases qui viennent les unes à la suite des autres. Cet article de blog, les livres de jeux de rôle, tout y concours et reste la manière la plus communément admise pour transmettre une idée. La Mind Map vient bousculer ce postulat en utilisant une méthode visuelle pour cartographier un territoire mental, un « champ d’idées ».

La lecture est donc facile, tout comme l’écriture et la création de cette Map : la théorie derrière cela vient de nombreux travaux en neurologie et d’études sur le fonctionnement du cerveau. L’« écriture classique » fait appel principalement à l’hémisphère gauche, qui gère les séquences, les mots les chiffres, délaissant ainsi l’hémisphère droit dans le processus. Sur une Mind Map, les 2 hémisphères sont stimulés : le gauche pour l’analyse, les séquences et les mots, le droit pour la synthèse, les images, la structure. Cette utilisation des 2 hémisphères au lieu d’un permet de gagner en rapidité et en efficacité, que ce soit dans la lecture, l’écriture ou la création. A un niveau plus conscient, prendre ses notes en cours de partie sous forme de Mind Map est plus ludique, plus stimulant, plus rapide et plus efficace que sous forme linéaire classique : une image vaut mieux que 1000 mots !

Autour de la table de jeu

Et à quoi cela peut nous être utile dans nos parties de jeu de rôle ? De façon très schématique une partie c’est un échange d’informations entre le meneur et les joueurs et, pour faire des résumés (côté joueur ou Maître du Jeu), pour noter des actions de joueurs qui auront un impact dans les séances suivantes ou bien noter des éléments improvisés en cours de partie (plutôt côté Maître du Jeu), on peut très bien vouloir prendre des pages entières de notes qui seront parfois difficile à relire et pas toujours très organisées, ou bien on peut essayer d’utiliser une approche ressemblant à la Mind Map, qui est plus rapide et permet d’aller à l’essentiel sans perdre le fil de ce qui est en train de se dérouler en jeu.

Comment s’y prendre ? D’abord il faut prévoir une feuille vierge avec suffisamment de place pour prendre des notes. Faire une Mind Map sur un coin de dos de feuille de personnage déjà remplie aux ¾ ne permettra pas de faire quelque chose de lisible ! Il faut prévoir une feuille A4 complète (recto) qu’il vaudra mieux prendre dans le format paysage pour permettre une meilleure utilisation de l’espace. Le point de départ de la carte (et donc de la prise de notes) se situera au milieu de la page, en plein centre où l’on peut tracer un ovale ou un cercle dans lequel pourra venir être écrit le scénario du jour : si le titre est connu, on peut le noter dans ce cercle ou bien ce peut être la date, le numéro de séance/chapitre dans la campagne, le jeu… Dans l’exemple qui va être utilisé, c’est une prise de notes côté PJ pour une séance de jeu de Ambre et c’était le 3è chapitre de la campagne. On peut donc noter au centre, dans un cercle « Ambre, chapitre 3 » : ce sera le point de départ de la carte. L’ovale est à positionner au centre dans le cas d’un diagramme « éclosion » où d’un point central partent des branches qui irradient tout autour de ce dernier. Dans le cas d’une « grappe ouverte » où le point de départ est à gauche et de là partent les branches vers la droite, il vaut mieux placer le point de départ sur la gauche de la page et laisser une place suffisante pour développer les idées dans la partie droite de la page.

En cours de partie, la carte va venir se remplir, avec différentes branches qui partiront depuis cet ovale, sur lesquelles on viendra écrire les « idées principales » qui mériteront d’être notées et retenues de la séance. Pour faciliter la lecture, on recommande le tracé des branches dans le sens des aiguilles d’une montre (premier quadrant 0-3h en haut à droite en premier, puis en bas à droite, ensuite en bas à gauche et enfin en haut à gauche) et il est également conseillé de tracer des branches avec un « coude » près de l’ovale central puis une branche horizontale. Le coude ne doit pas être trop incliné, toujours pour optimiser la lecture.

Que faut il écrire et comment organiser ses branches quand on prend des notes en cours de jeu ? Le principe du Mind Map est simple : une branche = une idée, pas  plus. La branche peut être éventuellement divisée en sous branches pour explorer l’idée en question et en donner quelques ramifications. Pour la prise de notes en cours de jeu voilà plusieurs manières de procéder :

  • La première, la plus « encyclopédique » mais qui structure bien l’information et peut être utile par exemple côté Maître du Jeu, c’est une approche par catégorie : une branche regroupera les PNJs rencontrés, une branche détaillera les lieux, une autre les évènements et actions, une autre les objets… et sur chaque branche on viendra écrire des détails en sous branche.
  • Si la répartition précédente des branches fonctionne bien côté Maître du Jeu, les personnages peuvent vouloir avoir une vision plus « temporelle » de l’action du scénario et regrouper par exemple les notes par unité de temps : par journée/nuit/heure/mois, en fonction du timing du scénario. En reprenant l’exemple précédent cela donne :

  • Une autre option peut être de rassembler les différents évènement du scénarios par branches en suivant les unités de lieu : tout ce qui se déroule  ou s’est déroule au même endroit sera sur la même branche, avec des sous  branches différentes si un même lieu apparaît plusieurs fois dans les notes :
  • A mi-chemin entre les deux précédentes, une méthode de prise de notes peut être de regrouper ce qui mérite d’être noté et retenu par unité d’ « action » ou de « scène ». Côté Maître du Jeu, si le scénario a été préparé suivant une organisation en scènes et en acte, il est très facile de suivre et noter au bon endroit sur la carte. Côté joueur, cela pose tout de même la question d’identifier quand commence et quand finit une même unité d’action. Cette prise de notes est cependant la plus efficace et la plus facile à lire, car elle est la plus intuitive et suit bien le principe « une branche = une idée ».

Prendre des notes avec une Mind Map en cours de partie a beaucoup d’avantages : non seulement cela permet d’aller plus vite qu’en écrivant des lignes de textes complètes, mais en plus cela permet de faire ressortir plus facilement les différents éléments du scénarios : pour rédiger le résumé de scénario en version « texte » à partir de la Mind Map, il suffit de joindre les différents morceaux de la carte en rajoutant des mots, en allant à la ligne à chaque nouvelle idée (donc à chaque nouvelle branche de la carte…) et on obtient facilement un texte complet. Avec un peu de maîtrise et d’entraînement, on peut même arriver à un stade où la simple carte suffit pour remplacer un texte complet pour faire le résumé.

Et comme on le verra bientôt, le MindMap peut être utilisé de bien d’autres manières dans nos parties de jeux de rôle, notamment côté meneur de jeu… Mais ceci sera pour une prochaine fois ! Bon jeu à tous !

NB : Les cartes réalisées dans cet article ont été faites avec le logiciel Freemind, disponible gratuitement sur le net. Pour les parties autour de la table, il est bien sur plus simple et convivial de faire la carte de façon manuscrite sur une feuille de papier…

Catégories : Jeu de rôles

1 commentaire

Mind Mapping et jeu de rôle : la création d’un scénario - Speedrôling, le jeu de rôles universel · 28 février 2017 à 17 h 35 min

[…] Après un article très commenté sur l’utilisation du Mind Mapping pour la prise de notes en cours de partie, voilà quelques idées pour appliquer cette technique à l’écriture et la création d’un scénario de jeu de rôle. Bien sur, il serait difficile de présenter une technique complète de A à Z en un seul article de blog, mais voici quelques pistes pour aller plus loin et être plus créatif avec le Mind Mapping. Pour ceux qui auraient loupé l’épisode précédent, avec quelques rappels sur le Mind Mapping, vous pourrez le trouver ici. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *