Je vais vous parler un peu des PNJ, et pas n’importe lesquels, ceux qui « suivent » vos PJs : des serviteurs, des alliés, des familiers… Comment leur donner un peu plus de profondeur ? En fait, avec 3 éléments relativement simples…

Un nom

Bien trop souvent, tous ces PNJ n’ont pas de nom ! C’est pourtant la première des choses à leur trouver pour qu’ils puissent exister à part entière. Attention tout de même à ne pas tomber dans le piège de donner un nom « comique » ou jeu de mot au PNJ. Cela peut passer une fois de temps en temps, mais à moins que vous ne soyez dans un univers parodique, cela risque de ne pas être pris au sérieux.

Le nom est quelque chose d’important, qui donnera une identité au PNJ. Plusieurs générateurs de noms peuvent être trouvés sur le net et avoir une liste potentielle de noms sous la main est toujours une bonne chose.

Des relations

Le PNJ suivant n’existe pas dans un lien ombilical exclusif avec le PJ auquel il est rattaché. Il n’existe pas que par et pour lui. Bien sûr, il lui donnera de l’attention et lui rendra service, mais il aura aussi d’autres relations : en imaginant ces relations, vous ajouterez de la profondeur au PNJ : des parents, des enfants, des frères et sœurs, un mentor, un professeur, des ennemis, un employeur précédent trop présent, des partenaires amoureux(ses) présent(e)s ou passé(e)s.

En cas de problème personnel, peut-être bien que le PJ « maître » ne sera pas forcément la première personne vers qui le PNJ ira se tourner. Et bien sûr, ces problèmes tout spéciaux ont leur place dans la campagne !

Une croyance

Pour parachever le PNJ, ce qui peut lui donner une vraie place dans la partie, est de lui attribuer une « croyance ». Non pas une religion, mais une phrase qui résume simplement sa façon de penser, de voir le monde, ou bien son but dans la vie. Cette croyance peut être (ou non) rattachée au PJ maître (« Je dois veiller sur la famille Wayne, à travers les générations »). Ou bien la croyance peut être un but purement personnel du PNJ (« Quand j’aurai assez d’argent je rentrerai au pays m’acheter un lopin de terre »). Ce but, s’il est bien défini, peut ressurgir en jeu et être une source d’idée d’intrigue secondaire ou de scène particulièrement intéressantes, où le PNJ prend une toute nouvelle dimension.

A noter que cette croyance du PNJ peut aussi évoluer dans le temps et en fonction des éléments de la campagne, ou de comment le PJ va le traiter. Et si la nouvelle croyance était « Un jour je prendrai la place de mon maître » ? Cela pourrait donner une nouvelle dynamique à la relation…

Un nom, des relations, une croyance, voilà 3 éléments qui vous aideront à mieux soigner les PNJ qui accompagnent les héros de vos joueurs et leur donner une véritable profondeur.

Catégories : Jeu de rôles

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *